Cité lacustre (2002) – Symposium international Expo 02, ArtCanal, Canal de la Thielle (Suisse)

L'œuvre se situe à faible distance de la rive et propose une île de forme pyramidale. Les surfaces en escalier, qui se rejoignent en leur centre,
sont recouvertes de sable de différentes colorations dans lequel sont fichés des artefacts et des fossiles. Durant une dizaine de minutes,
l'île disparaît sous l'eau jusqu’à être totalement immergée. Avec la même lenteur, elle surgit des flots dévoilant, strate après strate,
les diverses couches géologiques. La sculpture symbolise les couches mnémoniques, accumulées au cours de l'histoire,
qui, au gré des besoins politiques, seront retenues ou submergées par l'oubli.
Mais, les trous de mémoire de l'histoire ne peuvent gommer la réalité qui s'est fossilisée dans le roc.
Ces formes indicielles sont l'écriture du temps et les hiéroglyphes d'une époque occultée.
Le mouvement de la sculpture souligne l'aspect répétitif du politique qui manipule l'histoire pour imposer sa vision.
Malgré cette lame de fond érosive, les strates du passé réapparaissent, sans cesse, redonnant à l'humanité ses racines et ses ancrages affectifs.

–  Feuilles d'ABS, flotteur, mécanique et compresseur électrique, minuterie, sable et artefacts (2 m x 2 m x 1 m de hauteur).